Top menu

Type d'exposition Archives: Antérieures

Bâtisseurs des profondeurs: Oeuvre et perspectives. Scaphandrier: un métier à découvrir

Du 28 février au 24 mars 2019

SALLE TROIS

Commissionnaires: l’Institut maritime du Québec (IMQ), le Centre de formation en plongée professionnelle (CFPP) et la Formation continue de l’Institut maritime du Québec

 

 

 

 

 

Dans le cadre des festivités entourant leur 75e et 25e anniversaire, l’Institut maritime du Québec (IMQ), le Centre de formation en plongée professionnelle (CFPP) et la Formation continue de l’Institut maritime du Québec sont fiers d’annoncer le lancement d’une exposition photo entièrement vouée au métier de scaphandrier.

Par cette initiative, ces institutions souhaitent faire découvrir un métier encore aujourd’hui méconnu de la population, celui de scaphandrier. Elles souhaitent faire connaître les différentes facettes de cette occupation atypique et donner l’occasion à la population de découvrir une réalité autrement inaccessible. De très nombreuses photos, des artefacts ainsi qu’une panoplie d’informations permettront aux visiteurs de tous âges de parfaire leur connaissance et d’en apprendre davantage sur le métier de plongeur professionnel.

Continue Reading

L’Éclatement de l’image

4 octobre 2018 – 27 janvier 2019

SALLE DEUXCommissaire : Ève De Garie-LamanqueExpérimental et anticonformiste, l’art vidéo présente l’image en mouvement sous un autre jour. Outl’obligation de raconter une histoire qui se déploie dans le temps, avec un début, un milieu et une fin. Outl’idée que le dispositif cinématographique doit se dissimuler au regard du spectateur. In le jeu et l’autodérision. In la remise en question de notre rapport à l’image
publicitaire, photographique, télévisuelle, artistique ou filmique.© Peter Fischli et David Weiss, Der Lauf der Dinge (Le Cours des choses), 1987 | Image : Gracieuseté d’Icarus Films
Continue Reading

Tom Jacques | Trajet pas pareil

17 juin – 4 septembre 2018

Sur le parvis du Musée

Tom Jacques explore, dans Trajet pas pareil, le son qui émerge de mécanismes-objets créés et leur rapport à la vitesse et au rythme de manipulation. Conçue et élaborée dans le cadre du Festival international de musique actuelle de Victoriaville, cette œuvre s’inscrit dans la continuité du dispositif d’une création précédente Comment où le son. Inspiré du concept de rapidité différenciée du géographe Jean Ollivro dans le livre L’homme à toute vitesse parue en 2000, Tom Jacques poursuit une réflexion sur le concept de la « rapidité différenciée » et sur l’impact de la vitesse, de l’accélération du temps à l’aide des technologies. L’artiste du son crée un mécanisme qui nous permet d’explorer les variables de la perception sonore, que ce soit par la vitesse de manipulation des manivelles, du rythme ou même de la coordination des mouvements et des silences. L’œuvre se présente telle un laboratoire d’exploration tant dans sa forme matérielle que par ses possibilités de performance.

Tom Jacques, Trajet pas pareil (détail), 2018

Continue Reading

Économie familiale – 150 ans de tapis crochetés canadiens

Home Economics – 150 Years of Canadian Hooked Rugs

28 janvier – 10 juin 2018

SALLE ÉLISABETH TURGEON

Chargée de projet : Nathalie Langelier

Économie familiale – 150 ans de tapis crochetés canadiens explore l’histoire et la tradition de la culture matérielle canadienne que raconte cette forme d’artisanat unique. Plus de 100 tapis crochetés provenant de toutes les régions du Canada nous font apprécier le travail domestique et collectif des femmes, de même que l’art populaire et le développement rural.

Cette exposition est organisée et mise en circulation par le Musée du textile du Canada.

Lydia et Raymond Scott, New Brunswick, 1950-1980 | Don de Margaret Light Musée du textile du Canada  T2008.23.8

Continue Reading

Karen Tam | Nous sommes tous des brigands

KAREN TAM | We are all robbers

16 février – 27 mai 2018

SALLE DEUX

Commissaire : Marcel Blouin

Depuis les années 2000, Karen Tam étudie l’esthétique des espaces habités par une culture chinoise occidentalisée, tels qu’ils existaient au début du XXe siècle. L’artiste montréalaise est reconnue pour ses installations d’objets qu’elle fabrique et qui réactualisent certains clichés de la culture chinoise : salons de karaoké, restaurants, fumeries d’opium et boutiques de chinoiseries. Depuis 2016, elle s’intéresse à la tradition des œuvres missionnaires dans le contexte historique québécois, et plus particulièrement aux missions jésuites en Chine ainsi qu’à l’œuvre de la Sainte-Enfance qui sollicitait les écoliers à « acheter de petits Chinois ».

L’exposition Nous sommes tous des brigands suggère avec ironie que l’art, l’économie et la culture prennent forme grâce à une certaine forme d’emprunt, voire de vol. Au-delà des enjeux du droit d’auteur et de la notion d’authenticité, cette culture d’emprunt rappelle les débats qui animent le milieu de l’art contemporain.

À cette occasion, les Rimouskois-es étaient invités-es à apporter leurs « chinoiseries » au Musée : objets aux motifs asiatiques, bibelots, sculptures, céramiques, cartes ou documents relatifs aux activités missionnaires – afin d’enrichir l’installation de Karen Tam.

Coproduite par EXPRESSION, Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe, et le Musée régional de Rimouski, Nous sommes tous des brigands sera présentée au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, puis à Plein sud, Centre d’exposition en art actuel de Longueuil, en 2019.

La présentation de cette exposition est notamment rendue possible grâce à La Fabrique Culturelle de Télé-Québec, partenaire financier et médiatique de l’événement.

Projet présenté en collaboration avec 

Karen Tam, Sleeping Figure No. 1, 2016 | Photo : © Karen Tam

Continue Reading

Échos aux brigands

24 – 27 mai 2018

SALLE TROIS et SALLE D’ANIMATION

L’exposition de fin d’année des élèves en arts plastiques enrichis réunit la classe d’Annie Saint-Vanne de l’École Langevin et celle de Francesca Gagnon de l’École Paul-Hubert.

Dans le but d’enrichir leurs connaissances du monde des arts et d’ancrer leur travail dans la programmation du Musée en art contemporain, les élèves étaient invités à faire écho à l’exposition Nous sommes tous des brigands de l’artiste Karen Tam, d’où le titre Échos aux brigands. Cette exposition consiste en un parcours éclectique entre la Chine de Karen Tam et les univers de cabane à sucre et de cantine conçus par les élèves.

Continue Reading

Les voies intérieures

26 – 29 avril 2018

SALLE TROIS

Le département des arts du Cégep de Rimouski présente Les voies intérieures, une exposition réunissant les plus récents projets de la cohorte 2016-2018 du programme Arts visuels.

Les voies intérieures fait référence autant à la voix inaudible et intime qui habite chacun des étudiants qu’à la voie singulière empruntée par chacun d’eux et qui constitue leur cheminement propre. En effet, au cours de leurs études, les étudiants sont invités à explorer diverses avenues de création parmi lesquelles ils choisiront de défricher un chemin à leur image. Ces voies, bien que fort différentes, se rejoignent ici en un espace commun à l’intersection de leurs pratiques artistiques.

Cette exposition présente les créations, réalisées dans le cadre des cours Production 2D, Production 3D, Production numérique et Activité synthèse, de Julien April, Karina Kolëszàr-Bernier et Anne-Sophie Morin.

Continue Reading

Maison haute efficacité, budget limité

12 – 22 avril 2018

SALLE TROIS

Le département d’architecture du Cégep de Rimouski est fier de présenter son concours d’architecture annuel autour du thème Maison haute efficacité, budget limité. Inspirés de bâtiments écologiques, tel que la Maison ERE132 aux Jardins de Métis et la Maison LEEDéal Gaspésie, première maison certifiée LEED Platine à Maria en Gaspésie, vitrine d’excellence en écoconstruction, les 19 finissants du programme Technologie de l’architecture ont conçu des projets originaux. Cette année, leur mandat était de créer un bâtiment performant sur le plan énergétique tout en respectant un budget limité de 280 000$, et ce avec une structure en poutres et poteaux.

Cet événement, qui met de l’avant l’excellence de la relève, offre au grand public l’opportunité de découvrir de multiples versions d’une maison unifamiliale s’inscrivant dans une perspective de développement durable.

Continue Reading

Parcours Art et nature

2 juin – 7 octobre 2018

JARDINS DE MÉTIS

Plusieurs sculptures de la collection permanente du Musée régional de Rimouski sont installées dans le parcours Art et nature des Jardins de Métis et permettent une déambulation réflexive. Lors de vos promenades, découvrez les oeuvres de Dominique Blain, Jean Brillant, Murray MacDonald, John McEwen, Claude Millette, Jean-Pierre Morin, Michel Saulnier, et Bill Vazan. De plus, une oeuvre d’Armand Vaillancourt sera ajouté au parcours cet été.

Coproduite avec les 

Jean Brillant, Aube, 2004 | Oeuvre achetée avec l’aide du programme de Subventions d’acquisition du Conseil des arts du Canada. NAC 2010.12 Photo : © Karine Gagné

Continue Reading

Melanie Authier. Contrariétés et contrepoints

Melanie Authier. Contrarieties & Counterpoints

7 juin – 28 septembre 2018

SALLE DEUX

Commissaire : Robert Enright

« Je crois que mon travail fait référence au passé de la peinture, tout en se confrontant à lui, à l’histoire de l’art avec un grand A. J’essaie de faire en sorte que mes œuvres se taillent une place au sein des pratiques actuelles, qu’elles continuent de regarder en avant, vers l’avenir de la peinture. La question qui me préoccupe donc, c’est : « Où aller à partir d’ici ? » »
– Melanie Authier, 2015

La richesse visuelle des espaces dans les œuvres de Melanie Authier nous rappelle qu’une myriade de questions reste à négocier en ce qui a trait à l’art après le modernisme. Pour Authier, les tableaux ne sont pas simplement des objets esthétiques discrets. Ils existent au sein d’un ensemble élargi de relations.

Les tableaux d’Authier invoquent un langage associé à la haute abstraction moderne. Son sens esthétique est comparé au baroque, pour l’effet empathique que sa technique entraîne. Le mélange de styles que comporte chaque œuvre génère un entre-deux à la fois intelligible et insaisissable. Cette exposition d’œuvres récentes sur toile et papier, fait voir les approches contrastantes que déploie l’artiste quant à la peinture contemporaine. Avec chaque œuvre, l’artiste expose un problème afin de pouvoir « y répondre de façon inattendue. »

L’artiste joue avec des interprétations concurrentes du style ― l’abstraction hard edge et la gestuelle informelle ― et les subvertit avec autant d’aisance qu’elle applique l’acrylique sur la surface de son choix. Les défis que posent les histoires onéreuses de la pratique picturale sont ceux auxquels Authier s’attaque de front et de façon remarquée.

Texte : Michelle Gewurtz, Galerie d’art d’Ottawa

Cette exposition est organisée et mise en circulation par la Thames Art Gallery en collaboration avec la Galerie d’art d’Ottawa (Ottawa, Ontario), l’Art Gallery of Guelph (Guelph, Ontario), la Kenderdine Art Gallery, la Galerie de I’UQAM, la MSVU Art Gallery (Halifax, Nouvelle-Écosse) ainsi que le Musée régional de Rimouski (Rimouski, Québec), et rendue possible grâce à l’appui des programmes de Tournées ontariennes et de Tournées nationales et internationales du Conseil des arts de l’Ontario.

Melanie Authier, Beneath the Spin Light, 2016 | Gracieuseté de Georgia Scherman Projects Photo : © GXZ Design Inc.

Continue Reading