Top menu

Historique

L’histoire du lieu

La construction de la première église de pierre de Rimouski a débuté en 1824 en remplacement de l’église de bois jugée vétuste et trop petite pour accueillir la population en croissance.

La croissance démographique se poursuivant, déjà en 1862, après seulement 35 ans, le lieu de culte a été désacralisé au profit de la nouvelle cathédrale. L’ancienne église est alors devenue le premier séminaire, adoptant ainsi la fonction de maison d’enseignement.

Occupé successivement par le Séminaire, les Sœurs des petites écoles, de nouveau par le Séminaire, la congrégation des Sœurs du Saint-Rosaire et enfin, les Sœurs de la charité, le bâtiment a servi de lieu d’enseignement durant plus de 100 ans, soit de 1863 à 1969. En 1911, le toit en pente a fait place à un troisième étage au toit plat, les murs extérieurs ont été recouverts d’un revêtement gris et l’époque du convent gris a commencé.

Notons qu’en 1950, alors qu’il appartenait aux Sœurs de la Charité, le bâtiment a été l’un des seuls à ne pas disparaître dans le grand feu qui a ravagé Rimouski. Il a ainsi pris une importante valeur symbolique aux yeux de la population qui a graduellement nourrit le désir de lui rendre son apparence initiale.

L’histoire du Musée régional de Rimouski s’est amorcée le 7 août 1969. Avec l’accord de la Ville, les administrateurs de l’École technique de Rimouski ont exprimé le désir de fonder un musée régional. Un an plus tard, les travaux de démolition et de rénovation ont été lancés. L’ancienne toiture en tôle a été démolie, on a enlevé le revêtement des murs, et les divisions intérieures ont été soustraites pour ne laisser que l’enveloppe originale du bâtiment et les vestiges architecturaux intéressants à sauvegarder. Les murs de pierres ont révélé l’emplacement de plusieurs éléments de l’église qui avaient été obstrués par les besoins du temps. Selon divers plans, il a donc été possible de refaire l’extérieur tel qu’il était en 1824.

En 1971, la reconnaissance de la corporation du Musée régional de Rimouski a aussi permis le classement du Musée comme monument et lieu historique de la première église en pierre de Rimouski. L’ère du Musée régional de Rimouski venait de débuter.

Le Musée régional de Rimouski a ouvert ses portes le 24 juin 1972, sous la direction de l’abbé Jean-Yves Leblond, dans un immeuble adapté à la fonction de Musée. En 1993, l’intérieur de l’édifice a été complètement redessiné, lui donnant des allures plus contemporaines et plus propices à la muséologie actuelle. On y a adjoint la fascine, structure métallique rappelant les mats d’un bateau, utilisée pour la publicité des événements et pour des projets d’artistes.

Le Musée aujourd’hui

Le Musée régional de Rimouski s’est établi depuis son ouverture comme un important promoteur de la vie culturelle de sa région. Par son programme d’activités publiques, il contribue à la diffusion des sujets communs aux trois champs d’intérêt fixés par son mandat : art contemporain, histoire et sciences. En plus des expositions temporaires présentées dans les quatre salles du musée, il met en place des activités originales comme des concerts, des soirées d’analyse d’œuvres d’art, des visites guidées, des ateliers d’arts plastiques et des conférences.

Les partenaires
Le Musée contribue également à la vitalité des organismes culturels de la région en établissant des partenariats décisifs. En 2011, il s’est regroupé en réseau avec trois autres institutions de la région, le Site historique maritime de la Pointe-au-Père, le Site historique de la Maison Lamontagne ainsi que le Musée des Soeurs du Saint-Rosaire afin de former un réseau muséal rimouskois sous l’appellation Rimouski, mes musées. Depuis plusieurs années, il multiplie également les collaborations avec les Jardins de Métis et il met en place des activités diverses en s’alliant par exemple avec le centre d’artistes Caravansérail, le festival des Concerts des Îles du Bic, le Carrousel international du film de Rimouski et le Festijazz de Rimouski. Dans l’optique de diversifier l’offre et d’optimiser l’envergure des évènements, le Musée régional de Rimouski fait preuve d’ingéniosité et de créativité constante.

La collection
Le Musée régional de Rimouski encourage le développement de l’art contemporain depuis son ouverture. Sa collection, qui compte aujourd’hui près de 900 œuvres, est constituée d’œuvres d’artistes de renom, dont des figures marquantes de la modernité québécois tel que Marcel Barbeau, Alfred Pellan, Jean-Paul Riopelle et Pierre Gauvreau. Le Musée a également fait l’acquisition d’œuvres qui témoignent de la vitalité de l’art contemporain du Québec, entre autres celles de Michel Goulet, Dominique Blain, Denis Farley et Bill Vazan. Les artistes de la région ne sont pas en reste avec, entre autres, les œuvres de Léonard Parent (dit Basque), Bruno Santerre, Michel Saulnier et Michel Dompierre. Aussi, le Musée s’efforce d’encourager la relève en faisant l’acquisition d’œuvres de jeunes artistes prometteurs dont celles qui ont été présentées lors d’exposition. Par exemple, la collection comporte des œuvres d’Anne Ashton, de Nicolas Baier, de Jérôme Fortin et de Karilee Fuglem.

Les publications
Comme complément à son mandat en art contemporain, le Musée régional de Rimouski s’est investi depuis plusieurs années dans la publication de catalogues d’exposition. Ceux-ci sont complémentaires aux expositions et permettent aux plus curieux d’approfondir leurs connaissances de la démarche des artistes, tout en constituant un souvenir de visite indéniable. Dans les dernières années, le Musée a publié le catalogue Éliane Excoffier – bilan 1996-2008, Gwenaël Bélanger – Casser l’image ainsi que La photographie hantée par la photographie spirite. Le Musée contribue ainsi par ses publications au développement, à la médiation et à la diffusion de l’art contemporain québécois. Le Musée régional de Rimouski a aussi publié des ouvrages à caractère historique comme Les 100 ans de Desjardins à Rimouski et Bâtir une ville – Rimouski. Ce dernier raconte l’histoire de la ville à l’aide de photographies d’époque dont le musée conserve par ailleurs une très vaste collection.

Mentions et prix
-Mention architecturale dans la cat����gorie Conservation  architecturale, remise par l’Ordre des architectes du  Québec (Dupuis, Le Tourneux, architectes et Benoît Goudreault, architecte), 1994;

-Finaliste I (organisme culturel) Gala de l’entreprise 1996 – Chambre de Commerce Rimouski;

-Prix de la relève de la Société des musées québécois décerné à Carl Johnson, 1999;

-Mention honorable dans la catégorie Présentation des prix d’excellence de l’Association des musées  canadiens décernée à Carl Johnson pour la qualité de la programmation du Musée 1999, mai 2000;

-Grafika, prix de la qualité du graphisme de Marc-André Roy, catalogue Peter Gnass. Couper/Coller, 2005;

-Prix de la Société des musées québécois pour l’exposition Peter Gnass. Couper/Coller, 2005;

-Prix pour l’exposition Sous le signe de la nature!, remis par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et le ministère de la Culture et des Communications, septembre 2006;

-Prix de la relève de la Société des musées québécois décerné à Bernard Lamarche, 2008;

-Prix Grafika 2009, Médias imprimés, réalisation atelier Chinotto, client Musée régional de Rimouski, pour Tenir Gros. Alain Benoit ;

-Prix SMQ, catégorie publication, Tenir gros. Alain Benoit, 2009;